Des étudiants en médecine à Aix

Création d'un pôle de formation aux métiers de la santé à Aix
09
août
2013
Emploi - Formation - Enseignement supérieur
  • Université Aix-Marseille
  • Université Aix-Marseille
Le président de la Communauté du Pays d'Aix, propose au président d'Aix-Marseille-Université (AMU) d'accueillir des étudiants inscrits en première année commune aux études de santé (PACES), avec la création à Aix-en-Provence d'un pôle de formation aux métiers de la santé.

«Je souhaite engager un dialogue avec l'AMU pour développer de nouveaux dispositifs d'accueil des formations aux métiers de la santé sur le Pays d'Aix», a suggéré le président de la CPA dans un courrier adressé dernièrement à Yvon Berland. Elle annonce ainsi son intention de saisir le conseil communautaire afin de faciliter l'intervention de ce dernier dans ce domaine relevant de sa compétence.

Mettant en avant les compétences de l'établissement hospitalier d'Aix et la qualité de son équipement en matériels de pointe, le président assure que la Communauté du Pays d'Aix «dégagera les moyens financiers nécessaires pour faciliter l'installation de cette formation et engager les investissements».

Le président de la CPA avait par ailleurs déploré, dans un précédent courrier adressé à Yvon Berland, «la place qui est accordée à Aix et au Pays d'Aix dans le développement de l'AMU».

«À l'évidence, notre territoire n'est pas pris en compte comme il le devrait et je souhaite que les promesses des premiers mois après la fusion, ne soient pas oubliées !», a-t-elle déclaré.

Confiant en conclusion son inquiétude pour l'avenir de l'université à Aix, face à la difficulté de bâtir d'égal à égal avec Marseille la grande université dont la région et la France ont besoin, le président de la CPA demande à rencontrer le président de l'AMU dès septembre, afin d'évoquer ces différents dossiers.

 « Aix et le Pays d'Aix ne peuvent plus ainsi être malmenés »

Considérant qu'après l'affront fait à Aix-en-Provence par le refus d'y implanter le siège de l'AMU pour y installer le Pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES), « mort né », le président de la CPA met en garde le président de l'Université Aix-Marseille face à des engagements.

«Dix-huit mois après la fusion, jour après jour nous constatons une gestion de plus en plus centralisée au bénéfice de Marseille alors que des formations, pourtant emblématiques de l'excellence d'Aix, sont mises à mal comme dans le domaine de l'économie qui semble accuser un retrait inédit des effectifs en 2012», détaille-t-elle.

Par ailleurs, poursuit-elle, «Aix, qui ne serait pas choisi pour être le siège de l'IUT fusionné, verrait une part de la recherche migrer vers Saint-Jérôme ou Luminy».

«Nous avons aussi le sentiment d'atermoiements de l'AMU sur des dossiers comme (...) le projet d'extension de l'IAE», regrette le président de la CPA, en rappelant son attachement au projet : «Je ne pourrai accepter une nouvelle dégradation (...) Aix et le Pays d'Aix ne peuvent plus être ainsi malmenés», affirme-t-elle en invitant le président d'AMU à lui présenter ses réels projets avec plus de précision.