Les nuisances sonores en Pays d'Aix

Mode d'emploi des cartes

L’exposition au bruit des populations

En juillet 2002, l’Union européenne a adopté la directive 2002/49/CE relative à l’évaluation du bruit dans l’environnement. Les textes imposent à toutes les grandes agglomérations de plus de 250 000 habitants l’établissement de cartes de bruit des infrastructures terrestres de transport (fer, route, avion) et des industries, et la réalisation d’un plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE).

Compétente en matière de lutte contre le bruit, la Communauté du Pays d’Aix a engagé ce travail sur les 34 communes de son territoire. La cartographie du bruit publiée en 2008 a conduit à l’élaboration du PPBE du Pays d’Aix. Celui-ci a fait l’objet d’une consultation du public en 2010 et a été approuvé en conseil communautaire le 24 juin 2010. Une mise à jour des cartes de bruit est prévue tous les 5 ans.

  • Pourquoi réaliser la cartographie du bruit ?

Le but est de définir une approche commune européenne afin de prévenir ou de réduire les effets nocifs sur la santé humaine dus à l’exposition au bruit ambiant par :
- une évaluation de l’exposition au bruit des populations, basée sur des méthodes communes aux pays européens ;
- une information des populations sur les niveaux d’exposition et les effets du bruit sur la santé ;
- la mise en œuvre de politiques visant à réduire le niveau d’exposition et à préserver des zones calmes. 

  • Quels sont les bruits pris en compte ?

Ce sont les bruits issus des infrastructures de transports terrestres, aériens et les bruits industriels. Sont exclus : le bruit causé par la personne elle-même, le bruit causé par les voisins, le bruit sur les lieux de travail et le bruit à l’intérieur des moyens de transports.

Comment lire les cartes de bruit ?

La lecture de la carte ne peut être comparée à des mesures de bruit sans un minimum de précaution, mesures et cartes ne cherchant pas à représenter les mêmes effets. Il s’agit dans la carte d’essayer de représenter un indicateur à l’aide d’un niveau moyenné (tenant compte de l’évolution annuelle du trafic par exemple). Elle ne peut remplacer une mesure sur site qui sera plus précise.

Les éléments de lecture des cartes ont été définis préalablement par l’arrêté national du 4 avril 2006 relatif à l'établissement des cartes de bruit et des plans de prévention du bruit dans l'environnement.

Echelle de couleur des cartes du bruit
  • L’échelle de couleur

Cette cartographie représente, à l’aide des différentes couleurs, le niveau sonore à intervalle de 5 dB(A), le vert étant pour les zones les plus calmes et le bleu pour les zones les plus bruyantes.L’échelle de couleur utilisée pour les cartes présentées est conforme à la norme NF S 31- 130 en vigueur, conformément à l’arrêté ministériel du 4 avril 2006.

  • La représentation

La cartographie représente des « courbes isophones » tracées par tranche de 5 dB(A) à partir de 50 dB(A) pour la période nocturne et de 55 dB(A) pour la période de 24 h.

  • Les indicateurs de bruit retenus

    La directive européenne a fixé des indicateurs communs pour l’ensemble des pays réalisant les cartes. Il s’agit du Lden et du Ln :
      1. le Lden (day evening night pour jour soir et nuit) est l’indicateur du niveau sonore moyen pour la journée entière de 24h. Il est calculé en moyennant sur l’année les bruits relevés aux différentes périodes de la journée, auquel est appliqué une pondération pour les périodes plus sensibles (+5 dB(A) en soirée et + 10 dB(A) la nuit). Ce n’est donc pas un niveau de bruit réel ou mesuré (comme le LAeq) mais une indication pondérée.
      2. Le Ln (n pour nuit) est l’indicateur du niveau sonore nocturne (22h-6h).
        Ces indicateurs sont exprimés en décibels (dB(A)).
  • L’échelle

Toutes les cartes sont à l’échelle 1/10000ème.

  • Réactualisation

Ces cartes seront actualisées tous les 5 ans.

 

Les différentes cartes de bruit

    Les cartes représentent les nuisances sonores pour les sources de bruit suivantes :
  • routier
  • ferré
  • aérien
  • certaines industries (installations classées pour la protection de l’environnement soumises à autorisation – ICPE (a)).

Les cartes ne traitent ni les bruits de voisinage, ni ceux des activités militaires.

Méthodologie utilisée pour réaliser les cartes de bruit

Les cartes de bruit sont issues de calculs (et non pas de mesures) ; les gestionnaires des équipements bruyants ont fourni à la CPA les données d’entrée nécessaires à la modélisation du bruit, à savoir :

  • Les trafics (trafic moyen journalier annuel), les vitesses, les pourcentage poids lourds, les caractéristiques de la voie fournies par les gestionnaires (DDE, Conseil général, concessionnaires d'autoroute, communes).
    Certaines données ont été confirmées par des points de mesures et de comptage réalisés en 2007 par la CPA.
  • La liste des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) soumises à autorisation (et leur niveau sonore maximum autorisé) a été fournie par la DRIRE.
  • Les données du plan d’exposition au bruit (PEB) validé pour l'aérodrome des Milles et l'aéroport de Marseille Provence et fourni par la direction générale de l’aviation civile.
    Le PEB est un document d’urbanisme (annexé au PLU) visant à limiter l’urbanisation aux environs des aéroports. Il permet d’interdire ou de limiter les constructions pour ne pas augmenter les populations soumises aux nuisances aériennes.

Ces données sont ensuite injectées dans un modèle mathématique qui les transforme en niveaux de bruit dans l’environnement. Il est important de préciser que la cartographie tient compte de la topologie du terrain et des protections (murs anti-bruit) qui existent déjà sur le territoire.