Sainte-Victoire : le Pays d’Aix veille sur son emblème

Le Grand Site devient métropolitain
09
mars
2017
Environnement - Forêts - Risques
Le Grand Site Sainte-Victoire est désormais administré par le Territoire du Pays d’Aix, métropole d’Aix-Marseille-Provence. Le 9 mars, le comité syndical se réunit pour entériner le passage de témoin.

Le Grand Site Sainte-Victoire était jusque-là géré par le syndicat mixte départemental des massifs Concors et Sainte-Victoire - créé en 2000 par la CPA, le département et la Région. Le Territoire du Pays d’Aix récupère donc la gestion des quelque 35 000 ha du site emblématique de la Provence, qui doit renouveler son label Grand Site de France à l’automne 2017.

Une nouvelle gouvernance prend forme

  • Un comité de gestion a été créé : présidé par Olivier Frégeac, il est composé d'élus de la Métropole, d'élus du Conseil de territoire et des 14 maires concernés par le périmètre du Grand Site. Ce comité de gestion sera consulté pour le cadrage budgétaire et le suivi des actions.
  • Parallèlement, un comité de pilotage réunit l’État (Préfet, DREAL, STAP et DDTM), les collectivités (Métropole, CD13, Conseil régional, et les 14 communes) ainsi que la société civile représentée par des associations et des professionnels. Ce comité doit instruire le renouvellement du label Grand Site de France.
  • Par ailleurs, le Grand Site se dote de six comités de pilotage thématiques (Natura 2000, massifs forestiers, charte des manifestations, comité de randonnée...).

La mission du Grand Site ne change pas

L'objectif est de poursuivre et renforcer l’ancrage territorial : protection contre les incendies, accueil des publics, préservation patrimoniale (biodiversité et culturelle), relations avec les acteurs économiques locaux...

Au même titre que la Dune du Pilat ou les Falaises d’Étretat, Sainte-Victoire fait partie depuis 2004 du réseau des Grands Sites de France. Attribué pour 6 ans, le label a été renouvelé une 1ère fois en 2011. Ce label, aussi prestigieux que sélectif, est très exigeant en termes de : qualité d’entretien de l’espace, accueil du public, fonctionnement et aménagements. À ce niveau, les gardes nature, très présents sur le terrain, jouent un rôle essentiel.

Autre enjeu majeur, la mise en œuvre du plan intercommunal de débroussaillement et d’aménagement forestier (PIDAF) sur le massif Concors-Sainte-Victoire pour la saison 2017. Il s’agit de poursuivre le travail de prévention incendie auprès des propriétaires ou encore de maintenir en état les pistes et citernes d’eau pour faciliter le travail des pompiers. Un travail auprès des sylviculteurs publics et privés sera également mené.

Enfin, outre l’accueil et l’information du public (plus d’un million de visiteurs par an), l’équipe assure également l’animation du programme Natura 2000 « Montagne Sainte-Victoire » qui s’étend jusqu’au Var.

La zone Natura 2000 représente plus de 32 000 ha. Dans le cadre de ce programme européen conciliant préservation de la nature et préoccupations socio-économiques, les agriculteurs, éleveurs, propriétaires privés ou communes, bénéficient d’aides financières de l’État en contrepartie d’actions favorables à la biodiversité.

L’évolution de la population des aigles de Bonnelli se poursuit (2 couples actuellement, 6 naissances en 3 ans) comme celle du loup, autre espèce protégée présente sur le massif. Et la flore, qui compte à peu près toutes les plantes méditerranéennes, reste en bon état de conservation avec un regard particulier sur certaines espèces alpines comme le lys martagon.

En matière de budget, l’enveloppe 2016 a été maintenue : 1,4M€ en fonctionnement et 525K€ en investissement.