La qualité de l'air dégradée par les pics de pollution

Quelles sont les mesures d'urgence adoptées ?
15
juin
2017
Environnement - Air-Bruit
Le territoire de la Métropole Aix-Marseille-Provence connait des épisodes météorologiques au cours desquels la pollution culmine au-delà des seuils fixés. Des mesures sont adoptées pour pallier cette situation nocive.

La pollution atmosphérique générerait chaque année la mort prématurée de 48 000 personnes en France. Deux polluants sont incriminés : les particules fines (PM) et le dioxyde d'azote (NO2).

La France est sanctionnée par un contentieux européen pour non respect des normes (100M€ d'amendes et 240 000€/jour de dépassement).

Depuis 2012, selon la météo, deux à sept épisodes de pollution se produisent chaque année (entre 8 et 39 jours). Les secteurs urbains d'Aix-en-Provence et de Marseille sont particulièrement exposés.

Les sources de pollution en secteurs urbains (Aix et Marseille) sont :

  1. les transports : 3/4 des émissions de NO2 et 20 % des PM10
  2. l’industrie : 45 % des émissions de PM10
  3. le résidentiel / tertiaire (avec le chauffage domestique bois notamment) : environ 25% des PM

Grâce aux efforts réalisés par les industriels, et à l'amélioration de la motorisation des véhicules, au développement des TC et des modes actifs... notre territoire enregistre une baisse constante de la pollution (constatée par AirPACA) : en 20 ans, le NO2 a été réduit de 25% et le SO2 de 50%.

Cependant, le territoire de la Métropole AMP est confronté à des épisodes météorologiques lors desquels la pollution se concentre et atteint des taux importants, comme c'est le cas en ce moment avec les pics de pollution à l'ozone. Des mesures d'urgence sont déclenchées en cas de prévision de dépassement des seuils pour les particules fines PM10 et l'ozone, sur au moins deux journées consécutives.

Ces mesures sont pilotées par le Préfet en collaboration avec les AOT et les communes concernées. Elles consistent en la mise en place de mesures graduées, en fonction des pics de pollution prévus, pouvant aller jusqu'à la restriction de circulation pour une baisse de 15 à 20% des émissions selon les secteurs. L'incidence sur les TC, sur la politique de stationnement (fréquence, gratuité…) et sur la circulation est prise en compte.comme c'est le cas en ce moment avec les pics de pollution à l'ozone. Des mesures d'urgence peuvent alors être déclenchées en cas de prévision de dépassement des seuils pour les particules fines PM10 et l'ozone, sur au moins deux journées consécutives.

Ces mesures sont pilotées par le Préfet en collaboration avec les AOT et les communes concernées. Elles consistent en la mise en place de mesures graduées, en fonction des pics de pollution prévus. Les restrictions de circulation (comme sur Lyon ou Paris) ne sont pour le moment pas mises en vigueur sur notre territoire. Cependant, il convient de se préparer à la mise en place de cette action car un arrêté préfectoral détaillant l'ensemble des mesures (dont celle-ci) sera pris au cours de l'automne 2017.

La Métropole travaille également de son côté afin d'accompagner et encourager les automobilistes à laisser leur voiture au garage les jours d'alerte : gratuité de certains parcs relais, renforcement de l'offre du métro et du tramway aux heures de pointe, extension de la durée de validité du ticket sur les réseaux de la RTM et d'Aix en Bus...

Les prévisions du jour sur la qualité de l'air en région PACA